Reiko the Zombie Shop

8
5

Reiko the Zombie Shop cover rectoAuteur : Rei Mikamoto
Date de parution française :  de mai 2007 à janvier 2009
Genre : Kowaï (Horreur, gothique)
Format :
11,5 x 17,5 cm
Nombre de pages : 180 en moyenne
Éditeur : Bamboo
Collection : Doki Doki
Nombre de volumes : 11 (série complète)

Reiko the Zombie Shop cover verso

 

Reiko the Zombie Shop page 1L’histoire

Reiko Himezono est une jeune lycéenne dont la profession est « marchande de zombies ». Son pouvoir : rendre temporairement la vie aux morts pour leur permettre de s’exprimer (notamment au sujet de l’identité de leur meurtrier). Elle possède aussi la capacité d’invoquer des zombies pour en faire ses combattants (esclaves), lui permettant ainsi d’affronter d’autres personnes comme elle, mais nettement moins bien intentionnées. Notamment sa sœur jumelle maléfique (promis, je n’invente rien!) Lirka, elle aussi « zombiste », puis une pléiade de supers vilains, les forces du mal.

Reiko the Zombie Shop page 2Qu’en dire ?

Rencontres, amitiés, combats, ce n’est pas un grand titre car ça lorgne beaucoup trop chez Shaman King, Yu-Gi-Oh peut-être, en un shônen nekketsu like (le modèle du genre c’est Dragon Ball, ça vous parle ?), quoique au féminin, je vous l’accorde. Ça surfe sur un peu d’ésotérisme, des petites enquêtes policières, des contes modernes macabres, du sang par hectolitres, du gore, de l’humour absurde. Le dessin et l’intrigue sont inégaux mais on sent un véritable enthousiasme de l’auteur pour son personnage principal.

Cette série saura se faire divertissante, tout en ne restant néanmoins pas dans les annales. D’autant plus que l’éditeur français indique sur son site web l’arrêt de la commercialisation de certains de ses titres dont celui-ci (faible niveau des ventes, ils sont transparents !).

Reiko the Zombie Shop page 3J’ai bien aimé sa lecture et même si je suis un public relativement facile (comprenez que j’essaie toujours de trouver un minimum d’intérêt à une œuvre), j’ai trouvé certains arcs scénaristiques vraiment intéressants (et cruels, mais je vous laisse lire).

Ce manga a été édité au Japon de 1998 à 2004 dans un magazine proposant des œuvres horrifiques aux jeunes femmes et a même été adapté en série live (sic !) en 2004. Son auteur Rei Mikamoto a aussi publié Kyonyu Dragon, que vous connaissez peut-être sous le nom de son adaptation vidéo : Big Tits Zombies. Reiko… a rencontré un certain succès puisqu’on peut trouver sur la toile des performances de cosplayers de qualité.

reiko_the_zombie_shop_reiko_by_sakina666-d33mzk81
Photo & Cosplay by Sakina666 sur DeviantArt
reiko_the_zombie_shop_by_hybridre
Photo & Cosplay by Hybride sur DeviantArt

 

 Article paru sur le site Zombies World le 01/10/2011

8 COMMENTS

  1. Un peu par hasard (bien qu’un peu orienté) je tombe là :) Et ben bim, en favoris ! Encouragements mis à part pour cette nouvelle vitrine… Big Tits Zombies. Reiko, vraiment ????

  2. C’est le même auteur, qu’y puis-je ? ^__^ Et c’est un de mes vieux articles de ZW que je rapatrie.
    Merci pour tes encouragements. Il y a encore du boulot ^^ »

    • Immediately a bit of guests will continue across hotel rooms and obtain tied bus excursions, even so, several with all of the fancy car applications supply your own tour specialist. That just may possibly support you browse by means of the neighborhood nicely you can an individual’s chose chauffeur. ??? ????

    • Si é unha clara xustificación para nos. Outra podería ser por exemplo da utilidade das plantas para os seres vivos.Elas, através do proceso da fotosíntese, expulsan ao exterior( ademais de producir a súa propia enerxía), osíxeno, o cal inspiramos nos na respiración, e nos lle proporcionamos o dióxido de carbono (experiando)dabondo que elas precisan ademais da luz solar para realizar a dita fotosíntese. Sería como unha especie de simbiose, ambos saímos beneficiados mutuamente.

    • Mmm, mmm, mmm. Wow, great photos. The folks at Girard's sure picked the right blogger to promote their dressing and host this giveaway.I can't decide between the Greek Roasted Cauliflower or the Brick Chicken. – how about both! :)PatriciaPS – long time follower, but you already knew that. xo

    • Paul, bonjour.Je suis particulièrement touchée que vous ayez prêté attention à ces minuscules et incidentes réminiscences. Je ne devrai pas vous l’avouer … mais … j’ai écrit ce tout petit texte en vous le dédiant (mentalement et à pas feutrés) car je sais – et ce, très peu de jours après avoir poussé pour la première fois, la porte de la république – combien vous aimez l’écriture de Thomas Bernhardt.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here